UN PEU D'HISTOIRE [4]...
YVES COPPENS, COMME CHACUN LE SAIT, S'EST SPÉCIALISÉ DANS L'ÉTUDE DE NOS ANCÊTRES (OU DE CE QU'IL EN RESTE... ;) ). SON EXPLICATION DE L'ORIGINE DE LA BIPEDIE DONNE À RÉFLÉCHIR...

pansement sur une faille Yves COPPENS aime exposer son hypothèse fétiche sur les raisons qui nous ont poussé à adopter la station debout. Il serait bon de la relier à notre propension au déboisement. Comme si, finalement, nous nourrissions une vieille rancune inconsciente à l'égard de la forêt qui nous aurait abandonné. Mais comme on va le constater, les grands fauteurs de trouble ne sont autre que la Géologie et le climat :

"[...] l’une des idées auxquelles je tiens le plus : je pense que c’est la Rift Valley de l’Est africain, avec son effondrement et sa poussée de montagne, qui est à l’origine de l’humanité. Jusque-là, c’était la forêt. Brusquement, un obstacle géologique a surgi, qui a empêché la pluie de tomber au-delà d’une certaine ligne nord-sud. L’Afrique orientale a vu décliner ses arbres géants, qui ont été remplacés par une savane. C’est probablement pour s’adapter à cette savane, il y a huit millions d’années, qu’est apparue la branche des pré-humains, qui se sont redressés sur leurs pattes arrières. Jusque-là, nous étions des singes, adaptés à la forêt. La forêt a disparu et nous sommes devenus, potentiellement, des hommes."

De la Chute à l'effondrement de la Rift Valley, de la perte du Paradis forestier à la savane, il n'y a qu'un pas... et deux pieds au lieu de quatre bras (ou jambes). En tous cas, les chinois avaient raison. Un de leurs proverbes l'atteste : "quand il n’y a plus d’arbres, il n’y a plus de singes."

Tiré d'un Entretien avec Yves COPPENS. Propos recueillis par Patrice van Eersel.
© Yves COPPENS et Patrice van Eersel - cet extrait d'entretien n'appartient pas au domaine public sauf avis contraire de leurs auteurs.