GESTION DURABLE : MODE D'EMPLOI...
LA GESTION DURABLE, CETTE NOUVELLE PANACÉE, N'AIMENT PAS LES ARBRES EN SURNOMBRE NI LES VIEILLARDS "IMPRODUCTIFS".

parcelle de forêt dénudée Lorsqu'un forestier vous glisse dans l'oreille la doucereuse formule "COUPE DE RÉGÉNÉRATION" pour tenter de justifier les dégâts commis dans votre parcelle de forêt préférée, sortez votre colt pour lui couper le sifflet. Si vous n'êtes pas arrivé trop tard dans votre coin de forêt chéri, il ne sera que passablement dénudé... ce qui est normal. En effet, ce genre de coupes se déroule en trois étapes.
En premier lieu, le forestier (mis hors service si vous savez tirer) procède à une COUPE D'ENSEMENCEMENT à l'issue de laquelle ne subsisteront que les arbres murs, ainsi que des sujets plus jeunes qui leurs tiendront compagnie... "les graines des arbres murs donnant des semis qui formeront la forêt suivante". Puis viendront les COUPES SECONDAIRES sensées garantir le développement des semis... par la liquidation des jeunes arbres épargnés lors de la première coupe. Le troisième temps de cette valse meurtrière consiste en une COUPE DÉFINITIVE, au cours de laquelle le forestier "récolte" (quel art de l'euphémisme !) les derniers semenciers... avant que les semis n'aient atteint deux à trois mètres de hauteur.
Entre la deuxième et la troisième étape, vous disposez alors d'un délai de carence considérable (surtout s'il s'agit de Feuillus) pour liquider le(s) forestier(s). Sinon, il vous faudra patienter quelques vies (postérieures) avant de retrouver votre coin de forêt chéri dans l'état où il se trouvait avant que le forestier ne jette son dévolu sur lui.
Cette conception batarde de la gestion durable où la forêt est maintenue presque systématiquement au stade juvénile de son développement est symptomatique d'une société qui a banni le sens du temps, le vieillissement et la mort. Si parfois quelques "Anciens" subsistent par endroits, ce n'est que pour cacher la forêt des mensonges du forestier (ou pour agrémenter les classes vertes...)
anhuman et jean-marie chantrel © 2001-2006 - cette oeuvre appartient au domaine public. vous pouvez la redistribuer sous réserve de mentionner le nom de ses auteurs.