les forêts tropicales sèches
LES TERMES DE « FORÊTS SÈCHES » OU « SCLÉROPHYLLES » SONT DONNÉS À L’ENSEMBLE DES FORMATIONS FORESTIÈRES QUI SE DÉVELOPPENT DANS UN CLIMAT SEC.

carte mondiale des forêts sèches Contrairement aux forêts pluvieuses perpétuellement humides, les forêts tropicales sèches sont marquées par une saisonnalité tranchée, avec une saison sèche (hiver) et une saison des pluies (été). Si la moyenne annuelle des précipitations est comprise entre 1000 et 1500 mm, Il faut toutefois noté qu'en dessous de 600 mm, la situation devient critique pour ce type de forêt. Elle cède alors la place à la forêt claire (par opposition à la forêt dense des zones plus humides) et autres savanes arborées, buissonnantes ou herbeuses.
Cet écosystème forestier se rencontre majoritairement en Afrique. Il est aussi présent en Inde, dans la péninsule indochinoise et en Amérique tropicale, autour de 10° de latitude nord ou sud avec une limite d'extension se situant vers 30° de latitude.
On a coutume de distinguer deux formes de forêt sèche qui sont fonction des conditions climatiques et de la nature des sous-sols. La forêt semi-décidue est composée d'arbres qui perdent leurs feuilles, voisinant avec des arbres à feuilles persistantes mais nettement adaptés à la sécheresse (xéromorphes). La forêt caducifoliée, elle, offre pendant la saison sèche un spectacle qui n'est pas sans rappeler celui des forêts d'Europe centrale au coeur de l'hiver. Les arbres sont nus et les plantes des sous-bois sont déséchées.
Très exposées au feu, ces forêts ont parfois besoin de lui ; notamment pour régénérer des sols parfois pauvres avec les cendres riches en minéraux. D'autre part, certains végétaux offrent une bonne résistance au feu quand d'autres plantes se mettent à fleurir massivement après un incendie, démontrant que le feu constitue un facteur écologique non négligeable dans leur développement.
La forêt sèche, comme tous les autres écosystèmes forestiers dans le monde, est très menacée. Peut-être plus que la forêt pluviale dans la mesure où la pression exercée par l'homme à son encontre est plus directe encore (chasse, paturage, récolte du bois de chauffe et brulis). Son anthropisation est également importante, à tel point que les surfaces de forêt encore intacte se réduisent comme une peau de chagrin.
anhuman & jean-marie chantrel © 2001-2006 - cette oeuvre appartient au domaine public. vous pouvez la redistribuer sous réserve de mentionner le nom de ses auteurs.